Publications


Meltem Arikan – activiste féministe, activiste pour la défense des libertés informatiques, et Anonymiss

Meltem Arikan est une personnalité à multiples facettes et talents. Etant femme et non-occidentale (Turque), ses opinions sur l’état de nos sociétés sont d’autant plus pertinentes , et parfois controversées, car elle traite de sujets tabous, ou gênants, y compris chez nous en Europe et dans l’Occident.

Meltem est aussi une Anonymiss (elle nous expliquera ce à quoi cela fait référence) et une activiste pour la défense des libertés sur Internet, des droits et des femmes et de la protection des enfants contre les abus. Ses idées sur ce sujet portent loin et ouvrent l’esprit à de nouveaux horizons et défis.

Même si cette interview n’a pas été réalisée en face-à-face ou par téléphone, j’ai eu beaucoup de plaisir à formuler à la préparer, et encore plus de plaisir à lire les réponses.

Merci beaucoup à Meltem pour son temps et sa sympathie.   – interview par Mehdi 08-07-2011


Meltem, peux-tu nous parler de toi, en tant que femme, auteur, activiste et businesswoman?

Meltem ArikanAprès le décès de ma mère alors que j’étais très jeune, j’ai toujours posé des questions, me suis interrogée et révoltée durant mon enfance et toute mon adolescence. Les réponses que l’on m’a données ne m’ayant pas pleinement satisfaite, j’ai commencé à lire les livres classiques à partir de l’âge de six ans. J’ai fini de lire l’ensemble des livres sacrés avant d’avoir terminé l’école primaire. J’ai continué à ressentir la même rébellion après que j’aie terminé mes études. Au fur et à mesure que j’ai acquis de l’expérience, aussi bien au plan professionel que personnel, une nouvelle question est venue s’ajouter aux précédentes: “Qu’est-ce que cela veut-il dire d’être un femme?”.

Cette question m’a conduite à écrire et à devenir activiste. J’ai écrit sept nouvelles, deux pièces et un livre de recherche sur les vies de différentes femmes. Tout-au-long de ce processus d’écriture et de recherche je suis parvenue à comprendre que la question “être une femme” n’est pas seulement spécifique à mon pays: j’ai alors décidé d’aborder ce sujet d’un point de vue universel.

Je refuse de vivre dans un monde de peur basé sur des règles et des concepts imposés par des systèmes dominés par des mâles. C’est pourquoi j’écris et continuerai à écrire. Aussi, dans ma vie professionnelle, j’ai choisi de rester une femme. Je ne réagis jamais comme un homme. Je n’utilise jamais ma sexualité et ne sacrifie jamais ma féminité. In fine, je suis devenue membre du conseil d’administration d’une des entreprises fournissant des systèmes électriques et automatiques les plus reconnues en Turquie.

Je sais qu’il existe un préjugé chauviniste masculain affirmant que des femmes ne peuvent pas travailler dans une même équipe. Comme j’ai voulu discréditer ce préjugé, j’ai créé une entreprise de conseil architectural avec cinq partenaires femmes. Depuis nous avons réussi dans une variété de projets au niveau mondial. Encore une fois, le processus de mise en place de cette entreprise a prouvé mon argument que les femmes sont capables de tout réaliser ensemble.

Comment toutes tes personnalités (femme, activiste, auteur…) cohabitent-elles dans le contexte politique, social et religieux de la Turquie actuelle ? Quelle est la plus simple à vivre, et la plus difficile ?

Si tu m’avais posé cette question il y a cinq ans, je t’aurais donné une toute autre réponse. Malheureusement, rien n’est simple pour moi ces jours-ci. Ce que j’ai dû vivre en tant que “femme bannie et bélliqueuse”, surtout après la publication de mon quatrième livre qui fut censuré à sa sortie, m’a en fait démotivée.

Même si le livre censuré fut finalement sorti et récompensé, et même si un des éditeurs les plus respectés en Turquie est en train de réimprimer toutes mes oeuvres, et même si j’ai commencé à écrire un nouveau livre, j’avoue honnêtement que ce conflit avec la domination masculine est douloureux.

En tant que femme laïque, je sens que mon espace vital se restreint graduellement, jour après jour. Un mode de vie islamique gagne rapidement des convertis dans mon pays. Des concepts comme la démocratie et la liberté sont peu à peu supprimés. La tension entre les défenseurs d’un style de vie islamique et les gens comme moi grandit chaque jour.
En tant que femme, le constat le plus pathétique pour moi est le penchant de plus en plus de femmes vers cette mentalité dans laquelle elles se regardent comme des esclaves. L’Histoire n’a jamais mentionné de femmes ayant gagné la liberté du dessous d’un voile. Aujourd’hui, dans mon pays, des femmes croient gagner la liberté en se couvrant d’un voile. İl m’est impossible de comprendre une telle manière de penser. Je crains que ce qui se passe dans mon pays est la soumission de femmes apeurées envers une domination masculine encore plus forte. Je ne suis pas d’accord pour vivre pour un paradis promis. A la place, j’ai tout fait pour créer un ordre mondial dans lequel les hommes et les femmes vivent ensemble dans l’amour.

Peux-tu nous dire ce qu’est le mouvement “Anonymiss” (auquel tu appartiens), et quelle est sa relation avec le groupe Anonymous?

Anonymiss est un mouvement créé par des femmes appartenant à Anonymous, il ne ressemble à aucun mouvement de femmes dans le monde. Ce n’est pas un prototype de mouvement. Il n’y a pas que des femmes dans Anonymiss, il y a aussi des Anons (i.e. des membres du groupe Anonymous) hommes qui veulent aider à la libération des femmes en mettant en cause le système masculin dominant. Aussi, Anonymiss soutien la liberté de circulation de l’information et s’oppose à la censure.

Il ne peut y avoir de révolution par des hommes seuls sans la liberté des femmes. Se libérer de l’ordre mondial “analogique” en nous libérant de la domination de l’ordre hiérarchique masculain et la création de nouvelles organisations sociales ne peut se faire sans la participation des femmes.

 Les pactes hiérarchiques, idéologiques et religieux du siècle passé pourront être rendus caduques seulement avec la contribution des femmes dans le monde “digital” ; il en est de même pour la création de nouvelles organisations sociales, politiques et économiques. L’existance des hommes sans l’existance des femmes est impossible.

Le groupe Anonymiss dit “Assez” des traditions du monde analogique et son système où dominent les males. İl dit “Assez” des hommes poursuivant les coutumes du monde analogique. Anonymiss dit “Assez” de prétendre de vivre notre sexualité. Nous demandons à être satisfaites en tant que personnes, dans le corps aussi bien que dans l’esprit. Anonymiss dit “Assez” les définitions des femmes basées sur des préjugés et codes écrits par des hommes dans le monde analogique. Les femmes demandent à ce qu’elles soient définies non-pas comme les hommes l’entendraient, mais en accord avec leur propre Féminité. Elles disent “Assez” à toutes les formes d’abus envers les femmes et les enfants.

Pour faire bref, les Anonymiss participent aux causes d’Anonymous, mais elles le font avec une revendication supplémentaire qu’est le gain du respect pour leur Féminité.

Tu sembles obsédée par la notion de « silence », comme dans « silence complice”. Quelles sont à ton avis les plus grandes barrières que nous devons surmonter (en tant qu’individus et en tant que sociétés) pour briser ce silence ?

La plupart des hommes et des femmes sont silencieux car ils craignent de quitter leur zone de confort au sein du système patriarcal. Ceux qui préfèrent rester silencieux, consciemment ou inconsciemment, sont complices. Tant que la Patriarchie n’est pas détruite, ni les femmes ni les hommes ne seront libres. Pour jouir de la liberté, aussi bien les hommes que les femmes doivent surmonter les peurs créées par la Patriarchie. Aujourd’hui la Patriarchie est très faible, comme un tigre de papier. Elle peut être détruite seulement en faisant connaitre les symptômes de sa corruption.

Wikileaks, en diffusant les câbles diplomatiques, a apporté de nombreuses preuves de la vérité, ce qui a poussé les peuples d’Afrique du nord et du Moyen-Orient à surmonter leurs peurs. D’un autre coté, les peuples de l’Occident devraient eux-aussi lire les câbles en question avec attention pour comprendre qu’il n’y a aucune différence entre les peuples d’Afrique du nord, ceux du Moyen-Orient, et eux-mêmes. En faisant abstraction des religions et idéologies, un seul et même système gouverne toutes les sociétés, et son nom est Patriarchie. L’Occident doit lui aussi faire face à cette réalité.

Comment le fait de donner une alerte est-il perçu en Turquie (parmi les politiques, les grandes entreprises, ou simplement la société et la famille) ? Qu’en est-il de Wikileaks, comment est-ce perçu?

La Turquie fut le second pays à être mentionné dans les fuites (i.e. les câbles diplomatiques); malheureusement les documents ne furent pas mis en avant en raison de l’autocensure de la presse, qui ne souhaite pas se montrer critique envers le gouvernement, par crainte de représailles fortes. Le jour où les fuites furent publiées, le Premier Ministre turque Erdogan a désigné les documents publiés par Wikileaks comme étant des ragots contre la Turquie, et son point de vue a été plus relayé par les médias que les documents en question.

Pour les mêmes raisons, la presse turque craignait de mettre en avant Julian Assange.

Existe-t-il un équivalent de Wikileaks en Turquie? Comment quelqu’un peut-il donner l’alerte et rester anonyme (pour éviter les représailles et règlements de comptes), puisque les journalistes sont fortement persécutés par le gouvernement ?

Quand les câbles diplomatiques furent mentionnés dans les journaux, le gouvernement a nié leur authenticité. Donner l’alerte en Turquie est très difficile en raison de la censure et des lois contre la Liberté d’Expression et la Liberté de la Presse.

Penses-tu qu’encourager les donneurs d’alerte aiderait à combattre la corruption et les abus (y compris contre les enfants)?

Oui, Wikileaks est un début, mais ce n’est pas suffisant. C’est seulement lorsque les hommes et les femmes comprendront la valeur de Wikileaks que le changement social s’opérera.

Tu as probablement suivi de près l’affaire (toujours en cours) contre Julian Assange en Suède. Assange dit que la Suède est l’Arabie saoudite du féminisme, et il est soutenu à ce sujet par la féministe suédoise Helene Bergman. En tant que féministe, penses-tu que le féminisme est allé trop loin en Suède ?

L’égalité homme-femme ne peut être protégée par le système judiciaire sans la démolition préalable du système hiérarchique dominé par les hommes. En réalité, les sociaux-démocrates suédois, sous la pression des féministes, ont introduit le concept d’égalité dans le système judiciaire, mais ceci ne pouvait créer une vraie égalité sociale.

Pour que les femmes soient des femmes il faut des hommes, et pour que les hommes soient des hommes il faut des femmes. Si les hommes et les femmes n’assument pas normalement leur sexualité, ils sont condamnés à vivre de manière artificielle. Les lois suédoises ont transformé la nature féminine en un engagement.

Je suis opposée à l’idée d’une femme devenant un homme. Je pense que ce que les femmes font dans le monde professionnel, elles doivent le faire en tant que femmes, et non pas d’une manière masculine. Ma conviction est que, les hommes et les femmes doivent être conscients de leurs différences, et devraient préserver ces différences pour que le monde soit plus agréable et plus riche.

Comme tu dois déjà le savoir, les gouvernements du monde entier utilisent le prétexte de la pédopornographie, sujet sensible et provoquant facilement l’émotion publique, pour justifier leur contrôle et leur censure d’Internet. En tant qu’activiste qui se bat tous les jours contre la pédophilie, penses-tu qu’elle peut être efficacement combattue en faisant appel à la censure d’Internet ? Quelle est l’expérience de la Turquie dans ce domaine? La pédopornographie a-t-elle diminué en Turquie après la censure d’Internet?

Internet devrait être libre et accessible à tout-un-chacun. Censurer Internet pour protéger les enfants de la pédophilie serait comme les enfermer chez eux pour les protéger d’un viol.

La pédophilie, la prostitution des enfants et le tourisme du sexe sont le résultat du système de domination masculine. Ces problèmes seront-ils résolus en muselant Internet sans se poser la question de leur origine? Comme la source de tous ces problèmes réside dans notre système de domination masculine, la seule et vraie solution consiste à l’anéantir.
En Turquie, comme dans tous les pays développés ou en voie de développement, la pédophilie et l’inceste commence au sein de la famille. Comme dans de nombreux pays, il existe des enfants prostitués (filles ou garçons) en Turquie.

Les restrictions imposées sur Internet par les gouvernements n’ont en rien diminué les abus contre les enfants, que ce soit en Turquie ou ailleurs. Est-ce possible que le système de domination masculine résolve les problèmes qu’il a générés quand c’est lui-même qui fait les lois? Il n’est pas réaliste de s’attendre à ce qu’un système qui permet de marier et de mettre enceinte des filles de douze ans mette un jour fin à la pédophilie.

Qu’est-ce que ça fait de vivre dans un pays où la censure d’Internet est déjà la règle?

La censure imposée sur Internet et les réseaux sociaux depuis avril s’étendra à partir du 22 aout 2011. Toute censure à travers l’Histoire a été imposée par les systèmes à domination masculine en fabricant des justifications pour limiter ou tuer les libertés. Une censure sensée protéger les enfants et éviter de perturber l’ordre familial ne peut atteindre ce but. Elle ne fera que limiter ou faire disparaitre les libertés des individus.

Enough, Don't Hurt My FleshMon livre Enough, Don’t Hurt My Flesh [Arrête de faire du mal à ma chair] a été interdit sous le prétexte qu’il “tente de perturber l’ordre familial turque”. Dans le livre, les traumatismes sexuels et les incestes que des femmes ont connus pendant leur enfance, et leurs impacts sur leurs expériences ultérieures sont décrits. Le livre souligne aussi comment ses conséquences passent d’une génération à la suivante, et explique qu’il est possible d’en guérir. La mentalité des censeurs d’Internet est la même mentalité de ceux qui m’ont accusée de perturber l’ordre familial.

Y a-t-il eu une opposition sociale et politique contre la censure d’Internet avant qu’elle ne soit implémentée? Le gouvernement et le parlement les ont-ils ignorés ? Que s’est-il passé?

À Istanbul, 50 000 citoyens ont rejoint les manifestations du 15 mai 2011 dans douze villes de Turquie contre la censure d’Internet. Malgré la participation très forte à ces manifestations, les médias n’ont pas couvert l’évènement. Le gouvernement n’a pas voulu voir les manifestations comme une opposition du public à la censure. Les autorités, elles, ont désigné les rassemblements comme étant tenus par des « organisations sous-terraines ».

La loi imposant une censure totale d’Internet entrera en vigueur à partir du 22 aout. On dit qu’un autre rassemblement contre cette loi est prévu le 24 juillet à Istanbul.

Que voudrais-tu dire à nos lecteurs français et internationaux à propos de leurs droits sur Internet, et de la censure?

Limiter, voire prohiber Internet et les médias sociaux est maintenant un objectif des gouvernements du monde entier. Je pense que, après la Chine et l’Iran, un des premiers tests se passera en Turquie. Si la censure est mise en place avec succès, la restriction d’Internet sous le prétexte fallacieux de la lutte contre la pédopornographie et du cyber-terrorisme deviendra monnaie courante dans tous les pays d’Europe, y compris la France, et d’autres pays développés ou en développement. Les accords internationaux contre le cyber-terrorisme seront mis en pratique dans les prochains jours. Ce qui me surprend c’est que le peuple français et d’autres citoyens européens n’ont toujours pas apprécié son importance et combattu cette menace.

Le jeu du parti AK (qui est au pouvoir en Turquie) est ambigu: d’un coté il poursuit les discussions avec l’UE (où les droits fondamentaux des citoyens sont sacrés, même s’ils sont fortement attaqués par les gouvernements), et de l’autre le parti musèle fortement les journalistes, et censure Internet. Ceci n’est pas cohérent. Penses-tu que l’option de rejoindre l’UE est seulement un leurre pour endormir l’opposition laïque?

Oui, tu as raison. Je n’ai jamais pu croire que le gouvernement du parti AK était sincère sur ses intentions de rejoindre l’UE. Malheureusement, des libéraux et des laïques bona fide croient en sa sincérité. Cependant, le temps qui s’écoulé depuis qu’ils (i.e. le parti AK) ont pris le pouvoir alors que rien n’a changé renforce ma conviction. Aussi bien l’UE que le parti AK abusent l’un de l’autre, jouant à la comédie devant leurs peuples.

La Turquie a signé en 1995, contre son propre intérêt, un accord d'Union douanière avec l’UE, le considérant comme un premier pas vers l’entrée dans l’UE. Aujourd’hui, la conséquence de cet accord est qu’un déficit commercial extérieur de 90 milliards de dollars s’est creusé en Turquie, et une crise économique semble imminente.

Aussi, alors que les marchandises s’échangent librement entre l’UE et la Turquie, et que les Européens ont droit d’entrée en Turquie sans visa, la réciproque n’est pas vraie pour les Turques.

Lorsque je dois me rendre en Europe pour un voyage d’affaire, le comportement et les questionnements auxquels je suis soumise dans les ambassades européennes est contraire aux droits fondamentaux.

Je pense que l’UE a déçu les citoyens turcs par cet accord d'Union douanière. Etant donné les circonstances, à mon avis il n’y a pas de différence entre l’UE et le gouvernement turque.

Tu sembles penser que le monde passe de l’analogique de plus en plus vers le digital ; penses-tu que ceci redonnera du pouvoir aux citoyens, ou le contraire? De quoi cela dépendra-t-il?

La vraie transition d’un monde analogique à un monde digital ne sera complète qu’une fois l’ordre patriarcal anéanti par les hommes et les femmes. Je sais que cette transition ne sera pas simple. Je suis consciente du fait que ce système patriarcal résistera de toutes ses forces. Cependant, il faudra bien admettre que la gouvernance du monde avec ce système n’est plus tenable. Je n’assume pas que le nouvel ordre mondial qui serait établi après la chute du système patriarcal, où les femmes auront au-moins autant de pouvoir que les hommes, pourra être expliqué par les organisations politiques conventionnelles. Au lieu de jouer aux devinettes, chacun devrait s’attacher à essayer de mettre fin entièrement au système patriarcal.

Vois-tu des signes de ce basculement vers un monde digital?

Oui, les fuites de Wikileaks. Dans de nombreux pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient les situations politiques ont changé et changeront encore plus à l’avenir. Cela veut dire que les peuples de ces pays ont déjà passé la frontière de la peur.

Les thèmes de tes livres semblent fascinants ; cependant ils ne semblent pas être disponibles en anglais ou en français. Pourquoi est-ce le cas? Peut-on espérer qu’ils le seront bientôt?

Les sociétés des pays soi-disant développés peuvent parfois être fanatiques. Si un nouveau mot doit être dit, alors seulement les gens de ces pays peuvent le dire. Si un nouveau concept doit être développé, alors seuls les gens de ces pays peuvent le développer. En conséquence, si tu viens de Turquie ou d’un pays similaire, tous tes écrits seront immédiatement catégorisés. Quand tu dis « droits des femmes », sans jeter un œil à ce que tu as écrit ils te diront que cette problématique a déjà été résolue.

Quand tu dis que les femmes sont aliénées de leurs corps, au lieu d’essayer de comprendre ce que tu es en train de dire ils assument qu’ils savent déjà ce que tu as écrit et ne voient plus d’intérêt dans ce que tu dis.

Il n’y a pas de différence entre les corps des femmes et des hommes dans les pays en développement et les corps des femmes et des hommes dans les pays soi-disant développés.

Le résultat est que les problèmes sont approximativement les mêmes.

Si les hommes et les femmes existaient vraiment dans le sens que j’entends, alors le monde dans lequel on vit serait différent.

Les personnes, vivant dans les pays soi-disant développés, qui persistent à refuser de comprendre la différence entre assumer quelque-chose et le réaliser, devraient se débarrasser de leurs préjugés, surtout concernant la sexualité.
Si les femmes des pays développés existaient comme je l’entends, aujourd’hui les femmes politiques dans ces pays ne seraient pas plus masculines que les hommes.

Si les femmes des pays développés existaient comme je l’entends, alors les consommations d’antidépresseurs, d’alcool, et de drogues seraient réduites.

Si les femmes des pays développés assumaient leurs corps, alors les problèmes de boulimie ou d’obésité ne seraient pas en tête de liste de leurs soucis.

Si les femmes des pays développés réclamaient leurs corps, alors les violences contre elles ne seraient pas un des problèmes les plus importants, comme dans mon pays.

Si les femmes des pays développés assumaient leurs corps, alors elles ne les utiliseraient pas comme des mouchoirs en papier. Voiler son corps au nom de la liberté et consommer son corps au nom de la liberté sont fondamentalement la même chose. A travers le monde entier, ce n’est pas possible pour des hommes d’être des hommes sans que les femmes ne soient des femmes. Pour cette raison les mêmes douleurs et problèmes continueront d’exister.

Les sociétés des pays développés nous regardent comme étant “les autres” avec des excuses comme les différences culturelles. Ceux qui viennent de Turquie et de pays similaires et qui sont acceptés dans les sociétés occidentales sont ceux qui s’acceptent eux-aussi comme étant « les autres ». Je n’accepte ni d’être « autre » ni de dire ce que les peuples d’Occident veulent entendre de moi.

A propos, la traduction anglaise de mon livre Enough, Don’t Hurt My Flesh [Arrête de faire du mal à ma chair] sera disponible cet automne sur Internet, chez Foremost Press Publishing.

Traduit de l’anglais par Mehdi, mis en ligne le 20/07/2011

Suivez Liberté-info sur Twitter!

Avez-vous apprécié ce guide? Nous sommes une association constitutée de bénévoles créant du contenu et mettant à jour les news, et nous avons besoin de plus de bénévoles pour promouvoir et défendre les libetés informatiques et les donneurs d'alerte. Aidez-nous à passer à la vitesse supérieure, rejoignez-nous!

Vous pouvez aussi nous aider en effectuant un don par Paypal ou par bitcoin: 1Pn8DSto8ey294p11swNiboRDwzwXh41cR

Creative Commons License
Ce travail par l'Association Liberté-info est publié sous la licence Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 3.0 Unported License

Liberte-info.net Qui sommes-nous Nos campagnes Questions Nous aidez Contactez nous Oour publications